Compte-rendu de la conférence de Georges Corm

Conférence Georges Corm

Le titre de son livre Pour une lecture profane des conflits s’inspire d’un ouvrage d’un auteur égyptien (Une histoire profane de la Palestine).

La clé de lecture des conflits

On ne trouve pas la clé des conflits en décrivant les origines communautés religieuses : Arméniens, Turcs… En partant de l’ethnie, on tombe dans un binarisme.

Ex : Conflit yougoslave : on a dit que les responsables étaient les Serbes. Guerre expliquée par le nationalisme serbe. Or un conflit est multifactoriel, et non binaire.

L’Empire Ottoman est un Empire multiethnique. L’effondrement de ces Empires multiethniques a conduit à des massacres (génocide d’Arméniens, déplacement forcé de populations). On a chargé le Turc d’être responsable. Or, la responsabilité est partagée : la France et l’ Angleterre prévoient dans le traité de Sèvres le découpage des territoires. On a pas demandé aux sociétés arabes leurs avis. Or, désir d’être regroupés dans un seul Etat.

Caricature de dire que conflit en Syrie est seulement de la faute de Bachar al-Assad.

En Irak, pendant les 13 ans d’embargo économique, ce sont les classes les plus pauvres Irakiennes qui en ont soufferts. Il y a eu crime contre l’humanité par la communauté internationale (en réalité, les 5 membres du Conseil de sécurité).

Quand la Yougoslavie a été créée en 1917 par la France et par l’Angleterre, on a réunis les Slovènes, Croates, Serbes, Bosniaques et on a dit qu’ils ont toujours vécu ensemble, qu’ils avaient la même langue. Idée de faire un glacis contre les ambitions de la Russie d’arriver dans les mers chaudes (cliché !). Plusieurs décennies après, on se rend compte que les peuples se détestent : Bosniaques sont musulmans, contrairement aux Serbes et aux Yougoslaves.

C’est la même chose qui a été faite au Liban.

Les clichés et le vocabulaire

C’est la répétition des clichés qui conduit aux conflits. Le dénigrement d’une communauté conduit à la violence. Le combattant est moins responsable que ceux qui ont la parole. Jacques Chirac avait dit que le danger au Moyen-Orient étaient les chiites.

Le vocabulaire n’est pas neutre, on joue sur l’émotion : « nos valeurs judéo-chrétiennes », alors que le christianisme s’est construit à l’encontre du judaïsme. «Occident » , « nous les occidentaux »… C’est quoi l’Occident ? En dehors de l’OTAN, est ce qu’il y a un Occident ? L’Occident est multiple.

Toutes les sciences humaines ont ces clivages « la mort en Occident », « le sexe en Occident » … comme si l’Occident était différent. Cette barrière est terrible pour le progrès des sciences humaines.

Ces clichés aboutissent à la violence.

En plus des vocabulaires émotionnels, vocabulaire hygiénique pour atténuer la violence :

« Frappes aériennes » et non « bombardement ».

« Conflit à basse intensité », où commence la haute intensité ??

« Guerre propre ».

« Hyperpuissance », évite de dire « impérialisme ».

Personne ne questionne le coût de ces « frappes ». C’est effrayant ! Quel est le poids des dépenses militaires dans les hausses d’impôt ?

La passion des Etats est gommée. On pense que ces Etats font des calculs rationnels. Faux, les calculs sont irrationnels.

Littérature sur la question d’Orient montre l’ambition des Tsars de pénétrer dans les « mers chaudes ». Or, aujourd’hui la puissance dans la Méditerranée est à 15 000 km de la Méditerranée (les Etats Unis), pourtant on ne parle pas d’impérialisme !

Etats-Unis n’ont pas d’intérêt légitime.

Israël

Création d’Israël, au nom de quoi ?? De l’ancien testament ? Ce sont des populations qui ont colonisées la Palestine.

Ce sont les Britanniques qui ont pensé à créer un Etat juif en Palestine dès 1840, car on a soupçonné la France de vouloir créer un Etat maronite au Liban. Massacres dans les années 1840 de Maronites au Liban.

  • Cadres de perception, grilles de lecture.

Qu’est-ce que produit les médias sur ce qui forge notre perception ?

Si conflit compliqué, analyse binaire (Bons/ méchants). Western : héros étaient les cow-boys, et les méchants les Indiens, qui se font massacrer par les cow-boys.

Il faut comprendre les logiques de deux parties au conflit pour pouvoir l’analyser.

Il faut bien connaitre la géographie. Moyen-Orient=une des régions les + stratégiques du monde → carrefour sur 3 continents. C’est aussi le lieu de naissance des 3 monothéismes.

Contexte historique est donc indispensable.

Au Liban, conflit à cause du partage de l’eau et non de la religion.

« Les dialogues de religion ».

Si on accepte ce types de dialogue, on accepte que la cause des violence est les religions. « Dialogue islamo-chrétien ». si c’est un dialogue politique, parlons de politique et non de religion. A un moment historique, les crises peuvent s’expliquées par les causes ethniques ou religieuses. Mode académique et médiatique, la clé des conflits est la communauté ethnique ou religieuse.

A l’intérieur d’une ethnie, il y a une diversité des opinions.

Quand on parle de l’Islam, de quel Islam s’agit-il ? Islam est présent sur 4 continents. Qui peut prétendre parler au nom de l’Islam ? Diversité à l’intérieur de l’Islam : sunnite, chiite. Mais il en existe bien d’autres. Diversité bien plus grande que la diversité chrétienne.

Les sources de l’Islam radical, qui n’a rien à voir avec l’islamisme, sont au Pakistan et en Arabie Saoudite, les deux grands alliés des Etats-Unis. Remake de la guerre d’Irak aujourd’hui. Coalition contre Daech. Or, on sait où ils s’alimentent en armes.

Le pétrole, un des facteurs explicatifs des conflits.

Le pétrole a produit une économie de rente dans les pays arabes, à faible population.

Les plus mauvaises performances économiques viennent des pays arabes : forts taux de chômage, plus faible taux de participation de la femme dans le marché du travail, absence de R&D…

On veut toujours plus de rente pétrolière. Alors que les révoltes arabes étaient des protestations socio-économiques. 90% des gens qui manifestaient le faisaient pour dénoncer la corruption, le chômage de masse…

Débat.

Le problème de l’islamisme politique est qu’il contrôle la population, sur le statut de la femme, de la presse… c’est un facteur de retard considérable.

Les moyens financiers dont disposent les mouvements islamiques sont incroyables.

Il n’y a pas de question d’Orient, il n’y a qu’une question d’Occident. Ce sont les interventions des puissances occidentales qui ont conduit à l’effondrement de l’Empire ottoman.

Israël.

La solution est celle qui a été utilisée en Afrique du Sud.

Parler de 2 Etats est une impossibilité géographique. C’est une manœuvre de diversion. On demande à l’inoccupé de tenir compte des désirs de l’occupant, lequel veut la totalité du territoire.

Daech.

Le fait que Daech, composé de seulement 20 000 hommes, ait pu prendre 30% du territoire sans que personne ne s’en rende compte est étrange. On nous prend pour des imbéciles ! D’autant plus que les troupes irakiennes étaient entrainées par les Etats-Unis.

Liban.

Problème des réfugiés. Accueil des réfugiés Syriens pauvres. Aujourd’hui, cela devient très lourd. Il peut y avoir des infiltrés de Daech dans les réfugiés Syriens.

Pour le moment, pas trop de violences au Liban.

Rapatriement des étudiants de Sciences Po.

Panique française déclenchée par l’assassinat du Français en Kabylie.

C’était exagéré, et cela contribue à faire monter l’islamophobie.

Dans la presse.

Ouest-France : Un ancien ministre libanais en conférence mercredi.